Colère du Big Boss et enfant malade. (De la culpabilisation patronale)


Chroniques d'une mère indigne. Caroline Allart

Allez, on respire et décomplexe en lisant Caroline Allart en BD ou sur son blog.

Le trio gagnant fièvre, angine et vomissements qui clouent ma fille au lit cette semaine m’a rétrospectivement menée vers mon ancien job. (Où, thanx God, je ne travaille plus).

Mon ex responsable me mettait une telle pression lorsque je ne pouvais me rendre au travail pour cause d’enfant malade que j’en tombais moi-même malade. Lorsque, le matin, je devais l’appeler pour lui annoncer la bonne nouvelle, j’en pissais dans mon frok de stress. Ce stress que mon absence développait chez elle. Les angines de ma fille (ou les miennes d’ailleurs- j’avais encore moins le droit d’être souffrante que mon enfant) créaient des incidents (non)- diplomatiques à chaque fois. Me demandant si je ne pouvais pas laisser l’enfant chez ma mère?! Bah bien sûr j’ai envie de dire, ayant des milliers de solutions de garde qui s’offrent à moi, j’ai choisi la plus simple, à savoir m’absenter du boulot, t’entendre pester et me faire angoisser.

La chère Dame occupait, elle aussi, le statut de mère. Seulement elle avait du être (mon oeil) un genre de Rachida Dati lorsqu’ils étaient petits. A savoir j’écarte les jambes, je propulse le lardon, je prends ma douche et j’arrive à la réunion. J’aurais certainement 5 minutes de retard, m’en voudrez pas? Non mais très sérieusement, quel soulagement d’avoir cessé ce travail.

Ce type de situations sont très/ trop courantes dans le milieu professionnel. On tue le jeune parent moralement à coups de culpabilisation, de mise à l’écart, de non-prime à la fin du mois. Beaucoup de moyens de punitions sont utilisés pour que tu laisses crever ton enfant malade.

On peut aimer son travail. Mais il ne mourra pas si l’on ne le bichonne pas une journée. La santé de mon enfant prime. Sur tout. Et à l’heure où le gouvernement remet encore en cause le congé parental, qui oserait brandir ma phrase précédente lors d’un entretien d’embauche?

Prenez donc soin de vous avec cet hiver qui n’en finit pas. Pour se réchauffer, je vous prépare un billet ensoleillé pour le courant de la semaine. Et, Madame X si vous me lisez, sachez que je suis soulagée de ne plus vous voir.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *